L’Enfant de Mers el Kébir

, ,

« L’enfant » à l’organisation internationale de la francophonie

IMG_1543 - copie

Présentation de L’enfant de Mers el-Kébir par Madame Marie-Neige Berthet,

Secrétaire générale de l’Association des Ecrivains de Langue Française, lors de la remise du prix Première Oeuvre Littéraire Francophone 

 

« Il est convenable, nous le savons, d’établir une barrière étanche entre l’auteur et son ouvrage. Et pourtant… en essayant de comprendre la genèse du roman de Sophie Colliex, nous sommes allés de surprise en surprise. Question toute simple, pourquoi une femme, qui enseigne le français à Genève a-t-elle choisi de peindre la vie du village de Mers el-Kébir de 1939 à 1951, et pourquoi tant d’empathie et tant d’émotion ? Et voici la réponse : les ancêtres de l’auteur sont venus au 19ème siècle en Algérie, terre française, depuis l’Andalousie, pour s’installer dans le « Grand Port », Mers el-Kébir, où ils ont fait souche. La tombe d’un grand-père se trouve à Oran, et elle a été il y a peu restaurée par des habitants. Ainsi donc, Sophie Colliex a hérité d’une légende familiale qu’elle a complétée, en France, par des témoignages des Kébiriens, particulièrement de ceux qui, à La Ciotat, honorent la statue de Saint Michel rapportée d’Algérie. Ensuite, tout un travail de recherche, aux Archives de la Guerre, de la Marine, a permis de replacer l’histoire familiale dans l’Histoire, la Grande.

L’écriture de ce roman est donc une aventure humaine et affective. Des circonstances aussi particulières permettent de mesurer la modestie sincère d’un auteur qui ne se laisse pas aller aux tentations multiformes de l’écriture de soi et des jugements péremptoires, et qui ne nous inflige pas un narrateur omniprésent et omniscient.

La famille de fiction se compose d’un père, Joseph, ancien pêcheur de corail venu de la baie de Naples, et de Marthe, la mère, venue d’Andalousie. Moman proteste à grands cris contre la misère, mais arrive toujours à nourrir son petit monde, trois enfants dont Michel, le personnage autour duquel s’articule l’intrigue. Il a 8 ans à l’été 1939 au début d’un récit qui s’achève en 1951.

L’intérêt est triple.

D’abord, peindre l’évolution d’un jeune garçon, des bêtises de l’enfance au dur travail d’apprenti, employé à creuser les souterrains du port de guerre. Dans une famille sans livres, où la pauvreté fait loi, lui a une seule passion : dessiner. Pourquoi ?

Le second intérêt attaché au choix de la période 1939-1951 est de nous rappeler des pans d’histoire largement occultés. Le bombardement, en rade de Mers el-Kébir, de la flotte française par les Anglais, est peint ici dans toute son horreur, avec des notations et des images saisissantes. Puis arrivent les Américains : base-ball, chocolat, abondance, et une curieuse façon de se débarrasser… des mouches. Le petit village se transforme peu à peu en gigantesque port de guerre, puis en base anti-nucléaire pour la Marine française, au prix de travaux titanesques.

Le dernier attrait du roman, le plus pénétrant peut-être, reste la peinture chaleureuse des gens, de la vie quotidienne, des couleurs, des odeurs, de la plage où les enfants jouent avec leurs cerfs-volants, des pêcheurs, de la baie enfin. Dans toute sa beauté, elle devient quasiment le personnage principal du roman.

L’écriture évite le pathétique, elle est fluide, simple, toujours élégante. Bien au-delà d’un simple plaidoyer pour le « vivre ensemble », le livre s’impose par sa générosité. L’emploi, surprenant, du présent de narration, nous conduit à penser que les ancêtres peuvent revivre en nous, qu’ils vivent, en réalité, de l’hommage que nous leur rendons, aujourd’hui, au présent.

Telle est la réussite de Sophie Colliex : rendre grâce à ses origines, en toute modestie ».

Madame Marie-Neige Berthet

, ,

Punch ! Radio Cité Genève

Revisiter le passé dans une ambiance paisible, remonter aux sources de la création, aux intersections de la vie, évoquer les déclencheurs de l’imagination, les combats pour suivre sa voie envers et contre tout, dès lors que l’on est sûr de l’avoir trouvée, tout cela par la magie des questions généreuses, de la voix chaleureuse et du professionnalisme de mon intervieweuse.

Un étonnant moment dans les studios de Radiocité Genève, 92.2 FM, face au micro de Charlotte Lang lors de son émission Punch! (juin 2016)

Merci Charlotte !!! 

 

 

Les musiques choisies 

Lorsque Charlotte m’a demandé de réfléchir à des musiques qui parleraient de moi, et de mon roman, j’ai pensé à des musiques évoquant le sud de l’Espagne et la Méditerranée. 

Danzas espagnolas, Paul Granados (numero 5 Andaluza)

Concerto de Aranjuez, Joaquin Rodrigo 

Naci en el Mediterraneo, Joan Manuel Serrat y Ana Belen

 

Radio Cité Genève interview sophie Colliex

 

Sophie, le 17 août 2016

 

, ,

Un roman fort, plein de soleil…

On lira ce livre parce qu’il évoque, et c’est rare, l’Algérie bien avant la guerre d’indépendance….

Corinne Jaquet

 

 

11039275_196430027363062_3324955448049070980_n

Article de Corinne Martin-Jaquet, paru dans le Journal de Veyrier en décembre 2015

télécharger l’article