Aimez-vous les adjectifs ?

Un peu, beaucoup, passionnément…. pas du tout ? Jouer avec les mots, jusqu’à trouver celui qui s’adapte à la situation, j’adore. C’est aussi pour ce plaisir-là que j’écris -vous écrivez, nous écrivons-. Cependant, les qualificatifs sont à manipuler avec précaution. A forte dose, ils affaiblissent le propos. J’ai cherché, et trouvé, des avis d’auteurs (et non des moindres). 


Défiants :

« La crainte de l’adjectif est le commencement du style ».

Claudel 


ou encore 

« L’adjectif est la graisse du style ».

Hugo


Pédagogue : 

« La prose la plus pure repose sur le verbe, qui entraîne la phrase. Le mouvement des phrases dérive de leur verbe »

Fitzgerald 



Catégorique : 

« Une phrase se compose d’un sujet, d’un verbe et d’un complément. Ceux qui voudront user d’un adjectif passeront me voir dans mon bureau. Ceux qui emploieront un adverbe seront foutus à la porte ».

Clemenceau


Un de mes amis affirme : les adjectifs c’est comme les antibiotiques, si on en abuse, ils perdent leur efficacité.


Enfin, mon préféré :

« Pas d’adjectifs, ils affadissent le style. L’adjectif, c’est comme les bijoux, une femme élégante ne porte pas de bijoux ».

J. Chardonne 


J’aimerais nuancer.


Une élégante tourne ses cailloux entre ses doigts, les essaie, réalise une harmonie de teintes, formes, matières. Après réflexion, elle décidera de porter une pierre, celle qui, entre toutes, sublimera son style ou affinera sa pensée. Mais si elle a un doute, elle refermera le coffret. Plutôt que commettre une faute de goût, une élégante préférera s’abstenir.


…Décoiffant, non ?