La presse... pour argent comptant ?





Ces temps-ci impossible d’échapper à cet édito du Quotidien luxembourgeois. On le trouve partout sur internet où il est devenu viral et j'avais envie de le commenter.


Dans les deux premiers tiers, la journaliste nous propose un tour du monde des misères réservées aux femmes. Je pleure pour mes sœurs humaines. Me voici attendrie, assouplie (et prête pour le 8 mars). Mais soudain, dernier tiers ; changement de sujet et de ton. En tant que Française, jouissant d’un salaire (luxembourgeois, élevé), l'auteur est une femme libre et très privilégiée. Super ! Son seul souci est de présenter un QR code pour aller au restaurant... Eh bien, on nage en plein conte de fée. Elle nous conduit ainsi à son vrai sujet, au cœur de son article : la référence aux génocides et aux dictatures utilisée par les opposants au vaccin. Insupportable, évidemment. On ne peut qu’être d’accord avec ça. C’est tellement débile… Faut-il vraiment donner un écho tonitruant à toutes les sottises proférées dans l’arène en temps de surchauffe ? Je me le demande...


Pour ma part, je trouve indécent de convoquer la souffrance des femmes pour mettre de l’huile sur le feu dans le débat « pour ou contre le pass sanitaire ». La souffrance, c’est une sale bête, qui mord à l’aveuglette chaque sexe, à chaque âge, dans tous les coins du monde : esclavage et trafic sexuel d'enfants, martyre des Tamouls, des Kurdes, des Tibétains, des Erythréens, des Afghans, etc la liste est interminable. Sans aller si loin, en Europe, peut-on vraiment faire de l’angélisme ? La misère, financière, morale et même physique aurait-elle été éradiquée pendant que je lisais cet article ?


Lorsque nous irons nous régaler au resto, munis du sésame codé (expression suprême de la liberté d’agir de la journaliste), n’oublions pas les petits enfants qui meurent de la faim (un toutes les 6 secondes), maladie infiniment plus meurtrière que celle qui fait couler cette encre. La faim, très facile à soigner pourtant - et sans intervention des labos. Il est vrai que pour des milliards d’êtres humains, la fréquentation des restaurants n’est pas au menu, avec ou sans QR code.


Si j’ai bien compris cet édito, et pour le résumer, les opposants au vaccin seraient de (riches) mauvaises personnes, insensibles à la souffrance des femmes (pauvres et lointaines).


Frapper l’imagination, vite, fort, déstabiliser le lecteur en mélangeant tout, jouer sur la culpabilité est un procédé manipulatoire connu. Pourquoi ne pas privilégier les échanges, les dialogues et la pédagogie au lieu de balancer ce laïus comme un missile ? Texte qui n'a d'autre but que de cristalliser les opinions et lancer les gens, les uns (qui ont tout compris) contre les autres (incultes et/ou irresponsables). Avec le risque de répéter la même histoire, celle qui mène aux émeutes, aux extrémismes et au sang qui coule.


Et moi, je préfère la salade niçoise.


Sophie

23 août 2021


1 vue

Posts récents

Voir tout

Afghanes