Naître ou ne pas naître

La messe est dite ! Dans de nombreux Etats, les Américaines auront des enfants, tous les enfants qu'on leur fera, bon gré ou mal gré. Enfants que la nation ne soustraira pas au risque d’être descendus comme des lapins à l’école maternelle par le premier givré équipé d’une arme de combat. Ma pensée révoltée va à toutes celles qui avorteront quand même, en prenant tous les risques.

Simone Veil savait que pour les femmes, aucun droit ne serait jamais acquis et un peu partout dans le monde le choix d'enfanter est inlassablement discutaillé. Que d'angélisme à la fin ! Quel pataquès autour de nos fœtus, quelle obsession pour le contenu de nos utérus ! Les bonnes âmes manqueraient-elles de causes à défendre, sur une Terre surpeuplée, accablée par la misère, les guerres, menacée des pires dangers écologiques ? Que ces gens-là ne s'occupent-ils plutôt de préparer pour nos enfants, ceux que nous avons choisi - librement - de porter à terme, déjà nés, élevés, un avenir plein de promesses sur une Terre saine et accueillante ?








13 vues

Posts récents

Voir tout